Mardi 10 mai Séance n°32 (plus qu’une !)

English version

prison door

Je viens de graver ma 32ème marque sur le mur.

Il ne reste plus qu’un seul lavement dans la boîte.

Demain, ils feront cliqueter leurs clés, puis déverrouilleront la serrure avec un bruit spécial, enchanteur, et je sortirai en clignant des yeux, légèrement étourdi, à la lumière du jour.

Vous pensez peut-être que j’exagère pour que l’on comprenne bien l’image mais je peux vous assurer que (pour une fois), ce n’est vraiment pas le cas.

Demain vers cinq heures, quand je vais terminer ma 33ème et dernière séance, je vais éprouver la même sensation que si j’étais libéré de prison.

Je vais être libre de reprendre le cours de ma vie, libre de voyager, libéré de toutes ces contraintes qui me rappellent quotidiennement mon traitement contre le cancer.

Et je suppose qu’à l’instar de tous les prisonniers sur le point d’être libérés, je suis partagé entre l’enthousiasme et un peu d’appréhension.

La vie à l’intérieur est contraignante et répétitive, mais vous savez quoi faire et où aller. Vous connaissez les rouages du système pour plaire aux gardiens ; vous savez comment marquer ces petites victoires importantes qui vous permettent de prendre momentanément le contrôle.

Là-bas, par-delà la route des rayons, au pays de l’incertitude, les choses sont plus compliquées. Les certitudes rassurantes de la route des rayons feront bientôt place aux vieilles angoisses inextricables. Quand dois-je faire le premier test? Quel en sera le résultat ? Est-ce que le traitement a été efficace ?

Je commence à percevoir la résurgence de toutes les anciennes obligations sur mon timing (merci à tous ceux qui ont été si merveilleusement patients).

Mais vous savez quoi ? Juché ici, sur la dernière crête de sable de la route des rayons, je déclare : « Allez-y, je suis prêt ! »

J’ai trop hâte de me jeter dans la mêlée. Je veux pouvoir disposer à nouveau de ces quatre heures dans ma journée, tous les jours de la semaine. Je souhaite retrouver le tohu-bohu du monde extérieur et revenir à une vie normale.

Même si je ne suis qu’en liberté conditionnelle, je veux être un homme libre.

Publicités

Une réflexion sur “Allez-y, je suis prêt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s